Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Thomas et Camille autour du monde

Premiers pas en Inde

Nous y voilà. Après quelques jours de repos à Pokhara, nous quittons le Népal.

Nous avons un bus pour la frontière tôt le matin (6h45 - 700 roupies - 6€). Au moment de la reservation, on nous a indiqué une arrivée vers 14h30 soit près de 8h de trajet pour 190 km. Mais finalement on comprend ce temps quand on voit le détour effectué par notre bus (trajet final de 250 km) !

Premiers pas en Inde

En arrivant, deuxième surprise, notre bus ne va pas jusqu'à la frontière mais nous lâche 3 km avant. C'est en vélo tuktuk que nous irons jusqu'à la frontière. Si on nous avait prévenu qu'en Inde il y avait beaucoup plus d'arnaque, c'est finalement à la frontière népalaise que ça commencera. Le gars du tuktuk nous dit qu'il pensait que le prix fixé était en roupies indiennes et pas népalaises ( pratiquement 2 fois plus cher). C'est quand même évident qu'en venant du Népal et en ayant donc de l'argent népalais on l'aurait payé en roupies indiennes non?, il nous emmène même voir un de ses amis qui propose de changer notre liquide à un taux de seulement 14% en disant bien qu'il est impossible de faire le change de l'autre côté.

Bref, l'un comme l'autre ne nous connaissaient pas avant et nous les envoyons gentiment se faire voir (le plus compliqué sera le gars du tuktuk à qui finalement nous tendons le prix fixé au départ de 200 roupies népalaises en lui disant que ce sera ça ou rien).

Nous tentons ensuite de passer la frontière seulement elle est difficile à trouver. En fait si on cours/marche vite ou si on a une tête de népalais/indien, on est même pas contrôlé. Pour marquer la frontière c'est juste un grand portique sur lequel est noté bienvenue en Inde / Népal. Juste avant le portique nous trouvons une petite maison avec marqué dessus immigration où on note notre départ du Népal. Sous le portique nous avons un contrôle des bagages, contrôle archaïque (manuel). On nous demandent de vider nos gros sacs et les douaniers nous demandent à chaque fois c'est quoi? Ba une lampe, ba une autre lampe, ba un drone (là ils nous ont regardé à priori ils ne savaient pas ce que c'était donc Thomas leur a dit une caméra volante. Réponse : ah! Grosse caméra !).

Bon par contre le gros carton qu'on trimballait, et le petit sac de Camille ba pas besoin de contrôle... Et là donc bienvenue en Inde ! On cherche à faire tamponner nos passeports mais l'immigration se trouve à 500m de la frontière (bref on rentre en Inde comme dans un moulin).

Après avoir changer nos roupies népalaises à un taux un peu moins horrible (8%), nous demandons la direction de la station de bus aux gars de l'immigration indienne. Elle se trouve à 50m de là et en demandant à plusieurs personnes, nous trouvons un bus local direct pour Varanasi, notre première étape. Il faut quand même beaucoup demander parce que la gare routière est cachée et reconnaissable uniquement grâce aux bus garé devant.

Premiers pas en Inde
Premiers pas en Inde

À savoir que les bus indiens sont plus serrés que les autres (6 rangés de sièges). Nous y resterons toute la nuit (départ à 18h de la gare routière - 18h30 à 100m plus loin et arrivée à Varanasi à 3h du matin). Trajet sans soucis sauf un gars qui rentre dans le bus vers minuit et qui me demande d'ouvrir mon carton parce qu'il a peur que ce soit une bombe (il a dû lire qu'il y avait des risques d'attentats avec les touristes mais il a pas compris que les touristes étaient les victimes). Petite engueulade mais sans dommage. En arrivant, il ne nous restera qu'un petit trajet en tuktuk pour pouvoir enfin dormir un peu dans un lit.

Premières impressions :

Et bien l'Inde n'est pas si pire que ce à quoi on s'attendait. On avait eut tellement de témoignages sur la saleté, le bruit, les arnaques qu'on s'était fait d'avance une très mauvaise image du pays. Mais une fois sur place, ce n'est pas plus sale que Yangon au Myanmar, pas plus bruyant que Bangkok Thaïlande ou Ho Chi Minh au Vietnam, en tout cas pour notre premier jour en Inde, on verra par la suite que ce n'est plus vraiment le cas.

De même, on nous avait prévenu, il y a beaucoup de chiens et de vaches mais on a pas été choqués plus que ça, il faut juste éviter les nombreuses bouses sur le chemin.

Bref c'est un bon début ! (moins pire que ce qu'on pensait)

Vaches, pas du tout stressées, au milieu de la rue

Vaches, pas du tout stressées, au milieu de la rue

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Océane 23/01/2017 15:33

YIPIIIIIIII