Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Thomas et Camille autour du monde

On a testé pour vous : le système de santé équatorien.

Nous voilà à Cuenca. Ce que l'on n'a pas mentionné dans l'article précédent, c'est que depuis le jour du départ de Cajamarca, Thomas ressentait des douleurs thoraciques.

Du coup, en arrivant à notre première escale en Équateur, cela faisait 3 jours que les douleurs avaient commencé et c'est la qu'on pense à consulter.

Première étape : vérifier le fonctionnement de l'assurance Chapka que nous avons souscrit. Assez simple, il suffit d'imprimer un formulaire à faire remplir au médecin lors de consultation puis de l'envoyer avec la facture, le visa d'entrée dans le pays et le billet d'avion de départ de la France.

Deuxième étape : rechercher un docteur. Si cela fait sourire, en Équateur, on ne peut consulter qu'à l'hôpital, nous n'avons pas trouvé de cabinet privé. 

Direction donc l'hôpital universitaire catholique près de notre hôtel. Là nous sommes tout d'abord pris en charge par un genre de concierge qui nous accompagne ensuite au niveau des consultations, appelle un interne et nous fait gentiment passé devant la file d'attente (3 personnes, on aurait attendu ).

Thomas est donc pris en charge par un interne qui, le hasard fait bien les choses, parle anglais et même un peu français. Oui parce que si on commence à se débrouiller pour les questions courantes en espagnol, les douleurs thoraciques ba c'est compliqué ! Une fois son idée de diagnostic, l'interne appelle un deuxième  interne pour voir ce qu'il en pense, puis un troisième interne et enfin le médecin de service. C'est là que ça devient marrant, on devient acteur d'une série américaine, entourés par toutes ces blouses blanches ! Le chef de service étant un peu la "star" des internes. 

On a testé pour vous : le système de santé équatorien.On a testé pour vous : le système de santé équatorien.
On a testé pour vous : le système de santé équatorien.
On a testé pour vous : le système de santé équatorien.

Finalement pas grand chose, à priori des douleurs intercostales du à l'effort de la marche au lac 69. Décidément ce lac nous en aura fait baver... Quelques anti-inflammatoires et analgésiques et ça devrait aller mieux.

Vient tout de même le moment de payer : 5$ la consultation, 5,4$ les comprimés, on s'attendait à pire.

 

Chose surprenante, les comprimés sont vendus à l'unité, c'est à dire que la prescription de Thomas était pour 12 comprimés, le pharmacien à ouvert une boîte de 20 et en a sortis 12. Comme ça pas de gaspillage de médicaments. Peut être que la sécu française devrait y penser...

C'est un tout autre monde par rapport aux hôpitaux français, où les urgences sont débordées et le temps d'attente moyen est de 2h40. Bizarrement il n'y avait pas d'urgences aux urgences en équateur, est ce que les gens ne vont pas se soigner? Cette question restera sans réponse. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Océane 25/05/2017 09:21

Contente que tu ailles mieux

>Nick 12/05/2017 12:28

Petit coucou pour te dire que j'ai un pb ligne téléphonique (pas d'internet, pas de Wi-FI, oas de whatsapp) ça devrait être réparé dans la journée. J'espère que tout va bien. Bonne balade dans les environs de Quito.

Nick 10/05/2017 15:55

Et oui ça ne ressemble pas aux urgences françaises, les Français consultent dès qu’ils sont malades et les cabinets des généralistes ne sont pas toujours accessibles. (Ils le sont de moins en moins, délai pour avoir un rendez-vous).

En Equateur, c’est comme dans le temps chez nous. Les habitants ne sont peut-être pas bien remboursés de leurs dépenses de santé, à voir !
Les médicaments à l’unité, c’est une bonne idée, ça ferait faire des économies à la sécu.
On espère que Thomas va aller mieux et qu’il pourra profiter pleinement de la suite du voyage. Bon rétablissement.